Pourquoi je suis allée là-bas ?


Je ne me souviens plus comment j'ai entendu parler de Narai. J'avais sans doute vu passer une photo de cette petite ville et j'étais tombée sous le charme de ses bâtiments de l'époque Edo. Narai est une des onze stations du Kisoji, l'ancienne route de commerce de la vallée de Kiso. Et en bonne fan d'architecture traditionnelle j'avais donc mis Narai sur ma liste des "Must see".


Au moment d'élaborer mon parcours, je souhaitais rallier Matsumoto à Nagoya, et Narai se trouve être sur une des lignes de train reliant ces deux villes, je décidais donc d'en faire une étape et d'y passer la nuit.

Ce qu'il y a à voir ?


Narai ou comme on l'appelle Narai-Juku (Juku signifiant auberge) est donc une ville petite  étape qui a gardé ses bâtiments traditionnels de l'époque Edo. Et c'est là son charme principal, une balade hors du temps au milieu de ces magnifiques bâtiments, pour certains reconvertis en boutiques ou restaurants.


Narai n'est pas très grande et se visite assez vite. En deux heures vous avez largement fait le tour, vu qu'elle ne se compose que d'une rue principale d'à peu près 1 km. Pour ma part j'y suis arrivée à 13h et je devais passer la nuit sur place. De quoi visiter le village de fond en comble.


À commencer par le petit sanctuaire de Wakamiya-sama (若宮神社) qui, s'il n'a rien de particulier, offre une jolie vue sur le village et les montagnes environnantes.


Puis je me suis offert des soba, qui sont la spécialité de Narai, au restaurant Kanameya (かなめや). Prétexte idéal pour admirer une de ces maisons traditionnelle de l'intérieur, celle-ci datant de la période Taisho.


Passage au temple Chosen-ji (長泉寺) pour admirer le dragon peint au plafond avant de flâner dans le cimetière du temple Daiho-ji (大宝寺). Crapahuter jusqu'à un petit sanctuaire qui le domine, de quoi me faire les mollets et prendre une jolie photo.


Une fois redescendue et alors que j’étais en grande contemplation d'un tas de tuile bleues cassées (j'adore les tuiles bleues) et me demandant si c'était bien raisonnable d'en rapporter un morceau, une mamie vient me chercher, bien décidée à me montrer quelque chose. Elle m'a emmenée jusqu'à un jizo très particulier vu qu'il est appelé Maria Jizo, Maria comme la vierge Marie de la religion Catholique.

En effet, le culte du catholicisme ayant été interdit au Japon de 1614 à 1853, certains japonais le pratiquaient en secret. Le Maria Jizo tient dans ses bras un enfant, qui représente Jésus, qui lui même tient une sorte de croix.


Tant qu'à rester dans les jizo, je suis ensuite allée au sanctuaire d'Hachiman (八幡宮) pour voir ses 200 jizo (二百地蔵尊). Une fois sur place je me suis amusée à les compter, j'avais vraiment du temps, pas de panique le compte y est !


Comme monter et descendre donne faim, petite pause à l’échoppe Kimura pour boulotter des mochi et goûter la seconde spécialité de Narai les goheimochi. Ils sont moins soyeux que les mochi, on sent vraiment les grains de riz, mais sont aussi beaucoup plus gros.


Enfin ma dernière visite fut pour le grand pont Kiso Ohashi (木曽の大橋) qui traverse la rivière Narai, vieux de 300 ans vous pourrez vous prendre pour Chihiro et essayer de le traverser en retenant votre respiration. Mais son plus beau profil restant ses dessous tout en chevrons de bois et de fer.


Mon avis


À environ 1 heure par le train de Matsumoto, si vous êtes quelques jours dans le coin ça vaut vraiment la peine d’aller y faire une balade.

Sinon comme en deux heures on a largement fait le tour vous pouvez coupler la visite de Narai avec Tsumago et Magome deux autres villages de la route du Kisoji qui eux aussi ont gardé leur architecture traditionnelle.

Narai est comme une petite promenade hors du temps. Un coup de cœur spécial pour la boutique Shimaya shikkiten (島屋漆器店), où je crois que même les distributeurs de bonbons sont de l'époque Edo. Et le magasin d'antiquité Miyuki, ses paniers à chats et son poêle à bois en forme de cochon (en plus la gérante passait la musique de Chihiro).


Quoi rapporter ?

Les spécialités de Narai sont la vaisselle en laque et les objets en magemono. Le magemono est une technique de travail du bois. On travaille de fines planchettes de cèdre du Japon et autres bois identiques, que l'on va immerger dans l'eau chaude pour les assouplir dans le but de les courber et de les façonner. On fabrique ainsi des boîtes, des tasses, mais aussi des boîtes à bento.

Pour ma part j'ai rapporté une petite clochette de terre cuite en forme de cheval. Peinte sur un côté des kanji de Narai, elles étaient de plusieurs formes et tailles. Impossible de savoir leur réelle signification mais je n'en ai vu qu'à Narai.


Comment se rendre sur place ?

Narai a sa propre gare, petite gare de campagne, la Narai station desservie par la JR par les lignes Chuo Line et Shinano. Situé à 45 minutes de Matsumoto et 2h30 de Nagoya.


Si comme moi vous voyagez léger, sachez que vous pouvez laisser vos bagages à l’accueil de la gare. Pas de consignes, non la gare est trop petite pour cela, mais on vous gardera vos valises/sacs dans le bureau contre 300 yens.

Une fois arrivé au village, n'hésitez pas à vous rendre à l'office du tourisme situé au centre du village, on vous remettra un plan en anglais des différents lieux de Narai.





Je me suis rendue compte que je n'avais jamais mis ce dessin sur le blog et que peut être certains d'entre vous ne me suivent pas sur les réseaux sociaux. Voilà donc qui est chose faite.
Je ne suis pas très active en ce moment mais je travaille dès que j'ai une minute de libre sur le nouveau design du blog. J'espère qu'il vous plaira (^^)

J'avais aussi fait une version en anglais de cette note.